samedi 2 mai 2015

Adieu Victor Mpoyo : Une bibliothèque a brûlée




La vie est bizarre parfois. Il y a de ça environ un mois j’avais entamé la rédaction d’un article sur Pierre Victor Mpoyo intitulé ‘’Victor Mpoyo ou l’ami de tout le monde’’. J’avais découvert qui était M. Mpoyo vers la fin 2012, au-delà de son parcours atypique, ses forts liens d’amitiés avec plusieurs dirigeants de ce monde avaient attiré mon attention.

Je remettais sans cesse la conclusion de mon article à plus tard, gestion des priorités oblige. À travers le texte que j’écrivais, je voulais présenter Victor Mpoyo, l’homme des coulisses du pouvoir, au citoyen lambda.

Mais il y a quelques jours j’ai reçu une nouvelle : Victor Mpoyo est mort cette semaine. Brusquement, mon papier de présentation c’est transformé en courrier d’adieu, et ne peut plus être remis au lendemain.

Retour sur ce personnage aux mille facettes tout droit sorti d’un film de James Bond.

L’ami de tout le monde

Pierre Victor Mpoyo était l’ami de tout le monde. Son carnet d’adresse était volumineux et impressionnant. De Laurent-Désiré Kabila à Nelson Mandela en passant par Fidel Castro, il a eu à côtoyer de très près les preneurs de décisions de notre planète. Très proche de Laurent-Désiré Kabila qu’il a connu dans sa jeunesse, il fût l’un des principaux soutient financiers et logistiques de sa prise de pouvoir en R.D.C. Kabila le nommera ministre d’état chargé de l’économie, de l’industrie et du commerce extérieure dans son 1e gouvernement.

Mpoyo a aussi été l’une des pièces maîtresses de l’organisation de la rencontre entre Kabila et Mobutu. Présidé par Mandela, la réunion sur un navire Sud-Africain à Pointe Noire (Congo-Brazzaville) avait pour objectif de trouver une solution non armée au coup d’état imminent de l’AFDL.

Une autre influence majeure de Mpoyo est que l’actuel président de la République Démocratique du Congo, Joseph Kabila, lui doit sa nomination en 2001. En effet, après l’assassinat de Kabila père, il y eu tout un branle-bas de combat dans l’entourage du Mzee. Il fallait vite lui trouver un successeur, plusieurs noms sont alors suggérés. Après un entretien téléphonique avec Bill Clinton, Victor Mpoyo use de tout son poids pour proposer Joseph Kabila comme remplaçant valable. Mpoyo croyait fermement aux compétences et au sérieux du jeune homme. Hélas, il fût déçu par le nouveau président, jusqu’à sa mort le 23 avril dernier, la relation s’était refroidie entre Mpoyo et son protégé. Cette rupture avait ajouté Mpoyo à la longue liste des anciens pros Kabila père qui ont coupés les ponts avec l’actuel occupant du palais de la nation de Kinshasa.

L’homme qui vient de disparaitre était de toute les luttes et causes africaines. Il a combattu l’apartheid aux côtés de l’ANC de Nelson Mandela. Avec Madiba, Mpoyo avait aussi des liens d’amitiés très étroits. Il a notamment élevé quelques-uns des enfants du leader de l’ANC.

Il a accompagné Mugabe à une réunion des Nations-Unis pour les négociations des accords à l’obtention de l’indépendance du Zimbabwe. Face à la montée de l’UNITA de Jonas Savimbi pour la prise de pouvoir en Angola, Mpoyo réussit à convaincre son ami Obasanjo à la tête du Nigéria d’aider le MPLA de son camarade Agostinho Neto en lui fournissant des moyens financiers et logistiques pour bloquer l’avancée des rebelles. Par le concours d’un autre ami en la personne de Sékou Touré, il reçu aussi l’aide de Fidel Castro. Le Lider Maximo envoya des troupes au sol en Angola pour empêcher la rébellion de prendre la capitale.


L’artiste & l’homme d’affaires

Un des plus grands talents de Victor Mpoyo est surement sa polyvalence. De son vivant, l’homme a menés plusieurs carrières de fronts. Passionné des arts, il a été désigné le plus grand artiste peintre africain. Il a côtoyé des sommités tels Picasso et Salvador Dali. Ses œuvres s’inspiraient de la philosophie bantoue, dont il fût un ambassadeur durant ses nombreuses expositions à travers le globe, de l’Italie au Japon.

Victor Mpoyo a aussi été un homme d’affaires à succès. Devenu millionnaire très jeune, il a fait fortune dans le secteur de l’aviation et du pétrole.

Une bibliothèque a brûlée

Comprendre l’histoire et les implications de Pierre Victor Mpoyo nécessiterait tout un livre, et c’est justement ça le problème, il n’y en pas. À moins d’une annonce dans l’avenir par sa famille et ses proches, l’intéressé n’a laissé aucun mémoire. Un autre grand africain qui part sans donner de témoignage aux générations futures. Sans repères, les nouveaux acteurs du changement pour une meilleure Afrique risquent de refaire les mêmes erreurs que leurs prédécesseurs. On n’aura jamais de réponse à questions essentielles qu’on aurait pu lui poser. Une fois de plus, on reste sur notre faim. 

Le savoir est une arme qui se dissimule dans un livre. Quand un Victor Mpoyo part sans dissimuler son arme, c’est comme si tout un village entier voyait sa seule bibliothèque brûler sous ses yeux.






Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Mon Afrique va craquer